Axes de travail

Six axes de travail sont définis par le CARDH : i) recherche ; ii) renforcement des capacités et partenariat ; iii) promotion et plaidoyer ; iv) monitoring et défense ; v) appui à la transition démocratique ; vi) contribution aux Nations unies.

1. Recherche 

Le CARDH effectue des travaux de recherche et de réflexion pour le progrès des droits de l’homme sous forme d’ouvrages, d’articles académiques, de rapports et de colloques. Ces publications touchent à des thèmes centraux d’actualité et fournissent des analyses et, le cas échéant, des recommandations aux différents acteurs actifs dans la promotion et la jouissance des droits humains.


2. Renforcement des capacités et partenariat 

Le CARDH contribue au renforcement des capacités des responsables de l’État et de la société civile et travaille avec d’autres organisations partenaires.   

2.1. Responsables de l’État  

Le CARDH lance diverses initiatives adoptant une approche fondée sur les droits de l’homme avec les différents responsables de l’administration publique. Celles-ci ont inclus des séances de travail avec des candidats aux élections, ainsi que des programmes inter-ministériaux sur l’analyse d’un budget national, dans toutes ses phases d’élaboration.

La dernière initiative en date, consiste au lancement d’une table sectorielle « organisations des droits humains et Police nationale d’Haïti », visant à rapprocher ces deux entités en faveur des droits humains.

2.2. Acteurs non-étatiques et société civile

Le CARDH participe aussi au renforcement des capacités de la société civile haïtienne.

2.2.1. Formation 

Le CARDH participe aussi au renforcement des capacités de la société civile Des séances de formation sont agencées à l’intention des universitaires, des organisions de droits de l’homme et autres entités non-étatiques. Le CARDH réalise aussi des formations à l’intention d’organisations communautaires de base (OCB) dans certaines zones réputées « zones de non droit », dans son programme « ti celil dwa moun ». 

2.2.2. Plateforme : Membre fondateur de l’ECC (Ensemble contre la corruption) 

De concert avec d’autres organisations de droits humains et de la société civile, le CARDH a fondé une nouvelle plateforme dénommée « Ensemble contre la corruption » (ECC). Celui-ci permettra de définir une action commune dans la lutte contre la corruption. 

2.2.3. Observation électorale 

Le CARDH fait partie de la Coalition d’observation électorale (COE). Ce regroupement d’organisations de droits humains et de la société civile observe les élections et contribue à la recherche de solutions à la crise électorale haïtienne.    


3. Promotion et plaidoyer 

Le CARDH réalise aussi des activités dans le but de promouvoir et de vulgariser les droits de l’homme.  

3.1. Salon des droits humains 

En vue de faciliter des échanges entre des responsables de l’État, des cadres de la société civile et des partenaires de la coopération internationale sur les droits humains, le CARDH a institué en 2017 un espace annuel, le Salon des droits humains

3.2. Politiques publiques et droits humains 

Ce volet cherche à sensibiliser les Pouvoirs exécutif et législatif sur la nécessité d’élaborer, d’adopter et de faire avancer des politiques publiques capables  d’améliorer les conditions de vie de la population, notamment les plus vulnérables. 

3.3. Ratification du Pacte international relatif aux droits sociaux, économiques et culturels 

Depuis 2009, le CARDH fait la promotion du Pacte international relatif aux droits sociaux, économiques et culturels  ratifié en février 2012 par le Parlement haïtien.  « (…) son vote par Haïti est grandement salué, notamment par les défenseurs des droits de l’homme, tels le Directeur Exécutif du Centre d’Analyse et de Recherche en Droits de l’Homme (CARDH), Me Gédéon Jean, pour qui ce vote constitue une étape importante dans les efforts en faveur du respect en Haïti des droits de l’homme, en même temps qu’il met en évidence une volonté de l’Etat d’y parvenir ». Voir Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti

3.4. Participation dans des émissions diffusées à la radio et à la télévision

Le CARDH participe à de nombreuses émissions d’analyses, diffusées à la radio et à la télévision, sur les droits humains et des domaines connexes tels que l’État de droit et la gouvernance démocratique. 


4. Monitoring et défense

Le CARDH effectue un contrôle des violations des droits humains. En plus de rapports et communiqués réguliers dénonçant les abus lorsqu’ils surviennent, le CARDH produit des rapports annuels sur la situation des droits humains en Haïti, permettant d’exposer les problématiques clés de l’année écoulée, ainsi que des recommandations aux différents acteurs actifs dans la protection et promotion des droits humains.


5. Appui à la transition démocratique

Trois décennies après le départ de la dictature des Duvalier (1986), Haïti n’arrive toujours pas à être une société respectueuse des droits humains et des principes de l’État de droit, conformément à la Constitution, adoptée le 7 février 1987. Les institutions devant assurer la fonction de « gardien de l’État de droit » sont faibles et ne sont pas en mesure de jouer leur rôle. Au-delà de ses actions liées directement aux travaux d’un organisme de la société civile de défense des droits humains, le Centre d’analyse et de recherche en droits de l’homme (CARDH) apporte son expertise, souvent sollicitée pour aider à résoudre des crises politiques, sociales…

Le CARDH a notamment participé à la Commission d’évaluation et de vérification électorale (CEEI) en 2015, et à la Commission indépendante d’évaluation et de vérification électorale (CIEVE) en 2016, cette dernière ayant pour but de rétablir la confiance et la sincérité dans le processus électoral.

L’organisation est aussi membre du Comité mixte pour coordonner l’accueil des rapatriés, formé suite à la vague de déportation faite par la République dominicaine en 2015. Ce comité est composé de personnalités de la société civile et des membres du gouvernement.


6. Contributions aux Nations unies

Détenteur d’un statut consultatif auprès du Conseil économique et social (ECOSOC) des Nations unies, le CARDH répond à des appels à contribution des procédures spéciales et du Haut-Commissariat aux droits de l’homme (HCDH) sur des thématiques touchant à sa sphère d’action. 

Il participe aussi aux examens de la République d’Haïti par le Conseil des droits de l’homme (CDH) et les organes de traités.