Ensemble Contre la Corruption (ECC) accueille favorablement le dernier rapport de la CSCCA sur la gestion des fonds Petro Caribe

La une Revue de presse

Port-au-Prince, 18 août 2020. Ensemble Contre la Corruption (ECC), une plateforme de plusieurs organisations de la société civile, déclare accueillir favorablement la dernière partie du rapport de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSCCA), rendue publique lundi.

Selon un porte-parole de l’ECC, Me Gédéon Jean, ce dernier rapport qui confirme ce qui a été di dans les deux précédents rapports rendus par la CSCCA, confirme une vaste opération de corruption et de crime financier qui a été orchestrée dans le cadre de la gestion des 4.2 milliards de dollars américains provenant du programme d’aide au développement octroyé à l’Etat haïtien par le Venezuela, à travers les fonds Petro Caribe.

Il met l’accent sur le fait que dans le rapport, la Cour des Comptes fait ressortir clairement que des fonds ont été décaissés pour des projets qui n’ont pas été réalisés.

Personne ne peut véritablement indiquer aujourd’hui ce qui a été fait avec ces fonds que le pays doit rembourser alors que les conditions de vie de la population s’est considérablement détériorée, précise-t-il.

‘’Maintenant que la Cour des Comptes a fait son travail, il revient à la société d’assumer sa part de responsabilité pour récupérer les fonds dilapidés, suggère Me Gédéon Jean, estimant que ce serait malheureux si les citoyens ne s’appropriaient de ce rapport pour forcer les auteurs des crimes financiers à rendre compte de leurs forfaits.’’

Le défenseur des droits humains croit que le pays doit se mobiliser pour que les suites de droit soient données à ce dossier.

Un ancien conseiller du président de la République, Me Reynold Georges estime, pour sa part, qu’il fallait transmettre, au plus vite, le rapport de la Cour des Comptes à la justice pour les suites légales.

Il s’agit de crime financier, le Sénat réduit à dix (10) et, par conséquent dysfonctionnel, n’a pas grand-chose à faire dans le cadre d’un tel rapport si ce n’est de l’acheminer au tribunal des droits communs pour les dilapidateurs soient jugés pour les faits qui leur sont reprochés.

Un article de Francklyn B. Geffard, RHI News. Voir l’article